CHIMIMECA – Un point sur le dossier

petition-page-001

Lors du conseil municipal de Jonage du 17 juillet dernier, le maire a soumis à son assemblée une  délibération concernant le projet d’implantation de l’entreprise CHIMIMECA, installation classée «Seveso» seuil bas, sur le territoire de notre commune.

L’enquête publique, obligatoire pour ce type d’établissement sensible, s’est déroulée du 4 juin au 3 juillet 2019, mais la publicité donnée à celle-ci a été réduite aux formes strictement légales et n’a donc touché que très peu d’habitants de Jonage. Ceux-ci ont donc été privés de leur droit légitime de s’opposer ou non à ce projet dont les implications peuvent pourtant impacter sérieusement leur environnement.

Dans le même temps, nous avons constaté, par affichage sur le terrain, qu’un permis de construire avait déjà été délivré par la commune de Jonage. Ce permis suspensif, certes, est lié aux résultats de l’enquête publique mais apparemment les conclusions du Commissaire-Enquêteur, pour le moins contestables, ne semblent pas s’opposer à la réalisation et l’installation d’une telle entreprise pourtant à moins de 450 mètres des premières habitations jonageoises et, plus grave, à moins de 800 mètres d’une école primaire.

Conscients des risques encourus par nos concitoyens, notre association qui œuvre pour la préservation de notre cadre de vie à Jonage, a informé la population de ce projet et de ses conséquences néfastes possibles, notamment sur leur santé par la distribution d’une lettre-info en septembre dernier.

Nous avons alors enregistré de nombreuses réponses de jonageois qui nous ont fait part du fait qu’ils n’avaient pas été informés de la tenue de l’enquête publique et qui nous demandaient comment s’opposer officiellement à l’installation de cette entreprise SEVESO dont ils ne voulaient absolument pas aux portes de leur ville, et  nous mandatant pour agir auprès des autorités compétentes.

Nous avons donc lancé une pétition pour dire « NON A L’INSTALLATION DE CHIMIMECA A JONAGE » laquelle a recueilli plus de 700 signatures. Téléchargez la pétition

Dans le même temps, l’actualité nationale vient d’enregistrer la catastrophe de l’usine LUBRIZOL de Rouen et plus récemment la destruction par incendie de plusieurs entreprises de Villeurbanne. Ces deux sinistres ont engendré des pollutions, notamment de l’air, susceptibles de porter atteinte à la santé des riverains, même si leur nature et leur gravité sont encore à préciser. Le fait que l’enquête publique réalisée dans le cadre du dossier CHIMIMECA fasse état d’un respect total des normes réglementaires imposées dans le cadre de son fonctionnement n’écarte nullement les risques encourus en cas de sinistre. Alors pourquoi les jonageois devraient-ils accepter cette épée de Damoclès au dessus de leurs têtes et celles de leurs enfants ? Est-il vraiment raisonnable de faire courir ce type de dangers à des populations entières en laissant s’installer des sites classés SEVESO aux portes de leur commune ?

Enfin, même si le risque d’accident arrive en tête des préoccupations de nos concitoyens, il n’écarte pas pour autant les craintes liées aux diverses nuisances olfactives et à la dépréciation inévitable de leurs biens immobiliers.